Les restaurants stupides

Cette rubrique sert à éclairer certains faits:
Les clients de restaurants n'ont pas besoin d'un permis pour s'attabler et bien manger, s'ils sont mal reçus et ont mal mangé, ils sont libres de critiquer le restaurant qui contrevient à ce principe.
Les restaurateurs doivent au moins avoir un cuisinier avec un diplôme d'école hôteliére.
Il est inutile d'ouvrir un restaurant pour faire de la cuisine comme sa mère si sa mère faisait déjà  mal la cuisine.
Faire bénir son restaurant ne dispense pas de faire de la bonne cuisine.

La Boule Rouge 1, rue Boule Rouge 75009 Paris France Tel: 01 42 81 38 08

Parfois nous vivons la métaphore de la tour de Pise, pour certains endroits, même des souvenirs et c'est exactement ce que j'ai vécu ici.
Un accueil sympatique pourtant, et puis l'agréable gentillesse d'Enrico Macias assis à une table au coin accolé au mur de la piéce d'accueil.
Mais dés que l'on vous installe, le cauchemar commence.
Tout d'abord un serveur qui se la jour héros d'Audiard avec des phrases comiques au premier abord mais trés alourdies par le style un peu arrogant du personnage: "ça fait 20 ans que je travaille ici"
Moi j'y venais comme client bien avant qu'il n'y rentre comme serveur.
Ensuite la commande: vous voyez donc ce qui est proposé dans le menu du jour, parce que la boule rouge vous propose un menu "personalisé" pour chaque jour de la semaine en théorie sauf qu'en fait on ne trouve pas ce que l'on désire, donc pas de pkaila, ce plat typique tunisien de shabat à base d'épinardsparticuliérement prisé, mais non il n'yen avait pas, pas non plus de complet mérou, pas non plus d'assiette tunisienne, bref nous avons pris un couscous Loubia et un couscous maison avec une biére et une badoit
En attente des plats, on a droit à une toute petite et basique Kémia, rien d'exceptionnel non plus
Arrive enfin le serveur avec deux plats à soupe rempli de semoule de couscous, et voici le défilé des horreurs qui commence:
Pas de plateau comme dans le temps avec du couscous que l'on se sert soi même quand on le désire
Cette fois-ci pas de choix c'est déjà servi dans l'assiette, et pas plus si vous en désirez
Le couscous mais: une assiette avec un bout de viande qui a dû tellement cuire qu'il a échappé à finir en semelle à chaussures
Une boulette tellement frite que l'on n'arrive même plus à identifier de quoi elle est faite
Quelques pois chiches autour toujours dans l'assiette
Le boullon, pas mal de légumes, dont des morceaux de courges rouges mais un bouillon ignoble et froid
Pour la Loubia, des haricots blancs en sauce rouge, copieux mais vraiment pas savoureux. 
Et la présence omniprésente du serveur avec ses blagues douteuses comme il continua de débiter à nos voisins de table, style: "Vous voulez de ça, trés bien je vais sur les Champs Elysées vous le chercher et je vous l'apporte."
Bref vous y êtes entré avec plaisr mais vous ne souhaitez qu'en ressortir au plus vite.
Mon sentiment pendant tout ce repas était de me trouver dans une cantine, avec une présentation médiocre des plats et un enthousiasme du serveur à vous dégoûter du lieu.
L'on a là un endroit qui était tellement agréable mais qui désormais se repose sur ses lauriers et laisse vraiment à désirer.
Seul point positif la présence d'un voiturier.
A éviter absolument tant qu'ils ne reviennent pas à la raison. C'est là la métaphore de la tour de Pise qui penche et dont nous ne souhaitons surtout pas qu'elle s'effondre.

CookinTelAviv Restaurant Casher 1 Tchernichovsky 03-6992139 054-7009272 *Ivraison sur Tel Aviv

Et dire que je travaille prés de la rue Tchernichovsky mais que je n'avais jamais eu la curiosité de m'y rendre!
Le petit miracle une fois dans cette rue, c'est de se sentir dans un petit Paris, un Paris révolu, celui des annéées 70, 80 et 90, dans le quartier du faubourg Montmarte où foisonnaient tous ces restaurants de quartier, Les Ailes, Chalomé, Fono, etc, il n'en reste que chez Victor, le restaurant d'Enrico Macias, où Hollande s'était rendu après la fin de son quinquénat.
Plusieurs milliers de kilométres aprés Paris, dans Tel Aviv la magique, encore une fois les bons souvenirs remontent à la surface.
Cette époque où je venais chercher Evelynne au Palace à l'heure du déjeuner et où nous allions acheter un falafel dans un des restaurants de famille du quartier Fbg Montmartre.
Ces restaurants familiaux je les retrouve ici et je m'attable en bonne compagnie au CookinTelAviv.

Au premier abord, un restaurant familial très sympathique, table en lattes de bois, une petite terrasse sur rue, et un monde fou.
Mais voilà, on a certains jours avec et certains jours sans et c'était ce jour sans.
Probablement débordés par la demande, le service était trop long et les plats manquaient de magie, imaginez un hamburger au shnitzel, version Prof de chez Blanche-Neige, avec des frites largement cramoisies et servies avec parcimonie, c'est-à-dire aussi rares que les cheveux de Bruce Willis.
Je n'ai pas pris de risques avec mon plat du jour, du poulet façon chinoise avec du riz blanc aussi savoureux que si je l'avais concocté moi même un jour où j'ai trés faim mais je n'ai pas le temps de cuisiner, soit avec un goût parcimonieux, comme les frites.
Je jetais un coup d'oeil sur la salade de mes voisins de table, copieuse mais trop luisante d'huile pour avoir été péparée sur l'instant.
Mais la mauvaise surprise est aussi celle des prix:
60 Nis (14.50 €) pour le plat du jour, 50 Nis (12 €) pour l'hamburger, soit un prix démentiel.
Bref donnons crédit au doute et disons qu'il y a des jours avec et des jours sans.
Heureusement l'agréable compagnie de mes collégues m'a fait oublier cet instant d'égarement et vous me connaissez, je donne toujours une seconde chance, voir une troisiéme, au cas où...

Landwer café le restaurant stupide

À éviter

Evidement faire le critique surtout si comme dans mon cas c'est pour le plaisir, demande une certaine objectivité  aussi je vais parler de ce melting pot, café restaurant on ne sait pas trop qu'est le landwer.
Je l'ai essayé 3 fois au cas ou la premiére impression fut erronée.
La premiére fois c'était au Landwer Dizingof en 2008 avec des amis et déjà j'avais ressenti un malaise lorsque le manager s'était attabllé près de nous et il restait la à nous toiser d'un air méprisant.
La deuxiéme fois toujours avec un ami c'était au Landwer Haopera prés de chez moi, nous nous asseyons et nous commandons et là on nous dit que l'on a pas de pizzas ni de biéres et on commande autre chose, le serveur va au comptoir et revient pour nous dire qu'il n'y a pas ça, bref aprés plusieurs tentatives toujours la même réponse et puis nous avons décidé d'aller ailleurs.
La troisiéme fois c'est de nouveau au Landwer Dizingof j'étais en compagnie de mes cousins, cette fois-ci un service désagréable et hautain avec des plats ou trop cuits ou pas assez ou trop salés ou pas assez et surtout un service loooooong beaucoup trop LONG.
Bref vous l'aurez compris, Landwer café, un lieu à éviter absolument, et surtout cette impression que cette chaine de restaurants ou café ou hybride, est un établissement fonciérement anti-français ou pire encore peut-être.
leur site: http://www.landwercafe.co.il/?lang=en

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

SimpleSite.com
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

13.01 | 20:41

bonjour merci pour votre réponse mais je ne vois pas votre adresse mail. Vous avez la mienne je pense par contre si vous pouve m'écrire

...
13.01 | 15:09

Bonjour Christelle, avec plaisir, vous pouvez me contacter directement sur mon adresse mail contact

...
13.01 | 12:19

bonjour Monsieur
j'ai découvert votre site par des recherches sur l'immeuble venezuela à Tanger. je suis architecte et chercheure parisienne.
contactez moi svp.

...
11.04 | 09:10

C'est une composition mixte, Résine, volière enduit au pinceau, feuille d'or, acrylique, bois et plastique, passez le bonjour à vos parents de ma part

...
Vous aimez cette page
Bonjour !
Créez votre site web tout comme moi! C'est facile et vous pouvez essayer sans payer
ANNONCE